Jeune diplômé, je veux du sens et de l’épanouissement au travail

travail epanouissement sens sourire

En ce qui concerne l’emploi, la génération Y fait l’objet de nombreuses interrogations, études et controverses. On aimerait bien la comprendre et l’employer, mais on trouve qu’elle en demande trop et qu’elle est capricieuse. Télétravail, flexibilité, voyage, formation,… Les jeunes générations sont souvent stigmatisées car elles bousculent les codes du travail établis depuis de nombreuses années. Pourtant, est-ce être capricieux que de vouloir être heureux ?

Avec une volonté forte de s’engager et des attentes positives face au monde professionnel, les jeunes diplômés se retrouvent tour à tour indécis, confus ou déçus. Cependant, ce vaste horizon professionnel permet tout de même de rejoindre des aventures passionnantes.

En tant que jeune diplômée moi-même, trouver sa voie est loin d’être une évidence. Qu’on ait fait une grande école ou non, on se retrouve diplômé face à un marché de l’emploi complexe. Si l’emploi est difficile à trouver, l’entreprise dans laquelle on s’épanouit l’est encore plus.

Alors, si toi aussi tu veux étancher ta soif de sens et privilégier un équilibre entre ta vie personnelle et professionnelle, regarde toutes les solutions qui s’offrent à toi !

 

Quelles sont les attentes d’un jeune diplômé pour un job ?

jeune diplome emploi

La génération de jeunes diplômés exige un emploi avec du sens et qui soit vecteur de développement personnel. En effet, quand on interroge les talents sur les critères primordiaux dans le choix de leur futur métier, voici les trois qui ressortent dans plus de 75% : l’intérêt du poste, l’ambiance et le bien-être au travail et être en phase avec ses valeurs. La rémunération, quant à elle, est loin derrière en apparaissant dans 46% des réponses.

97% des interrogés seraient fiers d’avoir été utiles et d’avoir apporté des changements à la société via leur carrière professionnelle. Pour eux, l’utilité du travail c’est avoir un rôle social : œuvrer pour l’intérêt général ou améliorer la vie des gens par exemple.

La jeune génération est très intéressée de travailler dans le secteur de l’environnement, des énergies ou encore de l’humanitaire. Attention, cela ne veut pas dire que les jeunes ne veulent que travailler dans des associations ou des ONG. Être utile passe pour eux aussi par l’intégration d’un grand groupe, d’une PME, d’une startup ou encore par le fait d’entreprendre.

Ces aspirations étant révélées, cela ne signifie pas qu’il est simple de les combler. En tant que jeunes diplômés, on se pose énormément de questions sur notre avenir. Pour beaucoup d’entre nous, “s’enfermer” dans un CDI nous fait peur car nous manquons d’expérience pour juger si une entreprise nous permettra de nous épanouir ou non. D’un autre côté, se lancer dans une aventure entrepreneuriale est risqué et rester au chômage nous effraie. Alors que faire lorsqu’on est en quête de sens ?

 

Quelles solutions s’offrent à toi jeune diplômé ?

Mise sur l’économie sociale et solidaire


Toutes les attentes dont on a parlé ci-dessus coïncident avec les valeurs de l’économie sociale et solidaire. C’est un secteur qui attire de plus en plus les jeunes bien qu’il reste parfois méconnu. Mais bon, depuis que même Nicolas Hulot s’y met, plus d’excuses pour passer à côté.

Pour ceux qui malgré tout reste dubitatif face à ce terme d’ESS, voici la définition du Labo de l’ESS : 

“Le terme d’Economie sociale et solidaire regroupe un ensemble de structures qui reposent sur des valeurs et des principes communs : utilité sociale, coopération, ancrage local adapté aux nécessités de chaque territoire et de ses habitants. Leurs activités ne visent pas l’enrichissement personnel mais le partage et la solidarité pour une économie respectueuse de l’homme et de son environnement.”

Fin 2017, l’ESS a fait son entrée dans le top 3 des secteurs d’activités dans lequel les étudiants des prépas ont envie de travailler. Aujourd’hui, l’ESS représente 2,37 millions de salariés dans des organisations diverses comme des associations, des coopératives, des mutuelles, des entreprises sociales, etc.

Si ça t’intéresse, des sites d’emplois sont dédiés aux jobs dans l’ESS tels que Job for change, Jobs that make sense, OuiShare Jobs, le Portail de l’emploi dans l’ESS ou encore Coordination Sud (pour les ONG).

C’est un beau moyen d’aller de l’avant dans ta quête de sens et de trouver un job utile tout en encourageant ce secteur.

Deviens freelance

travail freelance sens

Si tu ne trouves pas d’entreprise et d’emploi, tu peux aussi créer ton propre job. Devenir freelance est ouvert à plus de profils que ce qu’on croit. Cela permet d’augmenter complètement ta liberté, ta mobilité ou encore la variété de tes missions.

À cause du syndrome de l’imposteur, beaucoup n’osent pas franchir le cap car ils ne s’estiment pas assez “expert” pour vendre quelque chose à quelqu’un. Certes, il faut un vrai travail de réflexion pour se lancer et identifier ses compétences et la viabilité de son projet. (Voici 20 questions à se poser avant de devenir freelance) .

Mais ce n’est pas parce que nous sommes jeunes diplômés que nous ne pouvons pas directement être freelance sans passer par la case entreprise. Grâce à tes expériences (stages, alternance, vie associative), tes études et tes hobbies, tu peux tout à fait être freelance et gagner ta vie.

Certains choisissent également de travailler en freelance et de le faire depuis des destinations de rêve. Ça s’appelle être un digital nomad. Quand tu peux télétravailler, pourquoi le faire de ton salon en France ? De plus en plus de jeunes décident de partir aux quatre coins de la planète pour assouvir leur désir de voyage et de vie professionnelle épanouie.

Comment avoir de nouvelles missions ? 

Pour trouver des clients, tu peux faire appel à ton réseau bien sûr, mais également trouver des missions sur les sites d’emplois classiques ou des plateformes web dédiées. Pour la dernière catégorie, il en existe énormément. Des généralistes comme des spécialisées. Mes deux préférées pour des missions dans la communication et la rédaction web sont 404 work  et Crème de la Crème.

Lance ton projet d’entreprise

travail ess sens

On peut aussi voir plus loin, plus haut. Pour changer le monde, tu peux avoir envie de créer ta propre entreprise. Une startup qui suivra tes valeurs et tes idées.

Que tu aies déjà une idée ou non, devenir entrepreneur peut être une véritable vocation. De la même manière que lorsque l’on devient freelance il faut évaluer la viabilité de son projet et la possibilité de le concrétiser.

Si ce sujet t’intéresse, voici 5 moocs (formation gratuite et en ligne) qui t’aideront à passer le cap et à trouver l’inspiration. C’est encore une autre manière de vivre le travail passionnément et avec sens. Ce n’est pas de tout repos et ce n’est pas sans difficulté. Mais c’est le meilleur moyen de vivre selon ses propres règles.

 

Mélanie


Laisser un commentaire